Méniscectomie

Le genou

about1

Les ménisques

Réparation méniscale

Lorsque les critères d'indication sont réunis, le chirurgien peut proposer de réparer le ménisque en le suturant, afin d'éviter les effets péjoractifs de la méniscectomie sur la fonction et le cartilage du genou. La cicatrisation est alors obtenue entre 3 et 6 mois (en fonction de plusieurs paramètres).

LES GRANDES ETAPES DE LA REEDUCATION :

  • Levée de sidération et verrouillage du quadriceps,
  • Récupération des mobilités passives et actives en respectant les consignes chirurgicales,
  • Etirements du membre inférieur,
  • Rodage articulaire sur vélo, sans résistance,
  • !!! Le renforcement musculaire et la réhabilitation ne sont pas une priorité afin de laisser cicatriser la suture.
LE PROTOCOLE S'ADAPTE EN FONCTION DE LA STABILITE DE LA REPARATION :

  • La reprise d'appui peut être différée,
  • La récupération de la flexion peut être limitée les premiers temps.
LA REPRISE DU SPORT :

Elle ne s'envisage qu'après accord du chirurgien et sur un genou NON douloureux.

Régularisation méniscale

Lorsqu’un ménisque s’abime et devient gênant dans votre quotidien (lésion dégénérative ou traumatique) et que le traitement médical n’est pas efficace et que la chirurgie réparatrice n'est pas envisageable, le chirurgien peut proposer d’enlever sous arthroscopie la partie responsable des douleurs. C'est la régularisation méniscale. Il conserve autant que possible la partie intacte afin de préserver au maximum son rôle pour le genou (transmission des forces, absorption des chocs, stabilité du genou).

=> Les suites opératoires sont simples :

  • La marche est possible avec appui d’emblée ou après quelques jours. Il est impératif de reprendre ses activités progressivement et de laisser l’épanchement diminué et le genou « séché ».
  • Les douleurs et l’hydarthrose transitoires, assez fréquentes, sont favorisées par une reprise trop précoce et intense de l’activité.
  • Pour les sportifs, la reprise des activités sportives se fait entre 4 et 6 semaines, et dépend de l’importance des lésions cartilagineuses coexistantes et se fait avec un genou NON douloureux.
  • Il est nécessaire de comprendre que la biomécanique du genou est modifiée et que les pressions s’exerceront différemment.

=> Les recommandations de l’HAS préconisent de 1 à 15 séances de kinésithérapie post- opératoire et mettent l’accent sur :

  • La levée de sidération et travail du verrouillage du quadriceps,
  • La restauration progressive des mobilités passives et actives,
  • Rodage articulaire sur vélo sans résistance,
  • Les étirements des muscles du membre inférieur (chaines postérieure puis antérieure en particulier) à mesure que le genou « sèche »,
  • Apprentissage des exercices d’auto-rééducation.


Genou